WorldSkills Abu Dhabi 2017 I Belgian power!

Il y a des voyages de presse pour lesquels j’ai hâte de boucler ma valise. C’était le cas pour m’envoler suivre les WorldSkills Abu Dhabi 2017, le 15 octobre dernier. Depuis 1950, la WorldSkills Competition, avec comme ambition la promotion des métiers techniques et manuels, est la rencontre de la jeunesse, de la passion et de l’excellence. Une énergie comparable à celle transmise par les candidats finlandais au Bocuse d’Or que j’avais rencontrés à Helsinki. Aujourd’hui, l’organisation WorldSkills International compte 77 pays membres, soit 70% de la population mondiale. Aucune grande nation n’y fait donc exception. En 2019, la Russie sera la pays hôte de la compétition tandis que Shanghai vient officiellement de décrocher l’organisation de WorldSkills 2021. Comme l’explique Francis Hourant, Directeur de WorldSkills Belgium : « Dans son discours, le président Xi Jinping a clairement affirmé que cela devait inspirer 200 millions de jeunes chinois à entrer dans les filières. Le mouvement a complètement changé sur les 10 dernières années, pour devenir un hub mondial de la formation professionnelle et technique. » WorldSkills Abu Dhabi 2017 en quelques chiffres, c’était : 105 000 m2 dédiés à l’évènement, 1 251 jeunes compétiteurs tous âgés de moins de 23 ans et originaires de 58 pays.

Parmi eux, 16 filles et garçons belges qui ont brillé par leur savoir-faire. Pour eux, la route avant d’arriver à Abu Dhabi a été longue, rythmée par d’intenses phases de pré-sélection avant de décrocher le Graal : leur place dans la Belgian Team. Une quête d’excellence portée par des centaines d’heures de travail acharné. Lionel Van Royen, compétiteur dans la catégorie Cuisine et gratifié d’un Médaillon d’Excellence le confesse : « S’entraîner pour les WorldSkills Abu Dhabi 2017, cela a été 5 mois à enchaîner boulot, école et entraînement. Tout le temps, entre mes pauses, après le boulot ». Pour ce jeune chef de 20 ans, formé en alternance à l’IFAPME, le travail a été doublement récompensé : sa participation très remarquée aux WorldSkills lui ouvre les portes, au travers d’un stage, d’un établissement triplement étoilé au guide Michelin, celui de Régis Marcon.

S’il est un domaine où chaque geste compte, c’est bien celui des métiers techniques et manuels. Les mains, mais pas que. L’adaptabilité également. « Il faut en permanence que le jeune soit créatif, réfléchisse, s’adapte à comment réagir à une situation donnée. Dans tous les métiers », aime rappeler Francis Hourant. Un point de vue que partage Lionel Van Royen, par son expérience de compétiteur : « En faisant mes préparations, j’ai réalisé que la gélatine halal était beaucoup moins puissante que la nôtre. Au moment de démouler ma terrine de truite, elle n’a pas tenu. Qu’à cela ne tienne, j’ai remoulé dans un moule plus grand. »

Mais comment faire preuve d’autant de maturité et de recul, si jeune, quand on peut s’imaginer la difficulté d’assurer sur différentes épreuves réparties sur quatre jours, chacune des épreuves durant plusieurs heures? Comment gérer ses efforts? Comment garder un mental positif tout au long de la compétition? A l’instar des sportifs de haut niveau, les candidats sont entourés, au-delà des entraîneurs techniques (dits Experts), par une équipe de Team Leaders qui assurent leur préparation physique et mentale. Pour Clément Jacqmain, vainqueur d’un Médaillon d’Excellence dans la catégorie Service en Salle, l’important est « de rester dans sa bulle, de se souvenir qu’on est là pour s’amuser, pour apprendre. » Si l’anxiété se fait sentir, le Blaimontois a ses petits secrets anti-stress : « Je travaille sur ma respiration, j’applique une légère pression en-dessous de ma main ou je caresse mes tempes. » Et pour garder le moral, la cohésion dans le groupe prime : « L’esprit d’équipe, c’est ce qui nous garde. Comme nous sommes loin de notre pays, de notre famille, loin de tout, c’est ce qui nous relie à quelque chose, ici, à Abu Dhabi. Nous sommes une grande famille. Nous sommes tous ensemble. Quand quelqu’un ne va pas bien, on va le voir. Le soir, si quelqu’un n’a pas réussi ses épreuves, on l’épaule. C’est naturel », confie l’étudiant à l’École hôtelière provinciale de Namur. Partagée par l’ensemble des compétiteurs, cette sagesse, cette effervescence, couplées à une envie de se dépasser, d’apprendre, bousculent tous les éventuels a priori  et ne permettent nullement d’encore douter de la richesse que représentent les formations et carrières métiers techniques et manuels sur un plan personnel et professionnel.

Les WorldSkills Abu Dhabi 2017 ont également été l’occasion de découvrir l’extraordinaire dynamisme de cette ville du Moyen-Orient, élue à multiples reprises ville la plus sûre au monde. Je vous donne rendez-vous dans mon prochain post pour partager avec vous 10 choses à faire dans la capitale de ce pays du Golfe. Stay tuned!

Photos: Alerte à Liège // Merci à Wallonie-Bruxelles International qui, dans le cadre de la valorisation des talents belges, soutient la visibilité de WorldSkills Belgium et m’a permis de vivre cette incroyable expérience // Rendez-vous sur le site de WorldSkills Belgium pour découvrir les résultats de notre équipe nationale à Abu Dhabi //Suivez-moi sur Instagram.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :