Fast fashion : les dessous de la mode à bas prix // Arte

Le choc du premier confinement nous avait donné des envies du « monde d’après », celui de la déconsommation, du consommer moins mais mieux, de la consommation responsable. Pourtant, dès la ré-ouverture des boutiques, ce sont des images de files interminables devant des chaînes de magasins de vêtements comme Zara que nous avons pu découvrir sur les réseaux sociaux. Bien que les consommateurs sont conscients que leurs choix sont un moyen d’agir à leur échelle, pourquoi -encore- cette frénésie autour de la « mode jetable » ?

Diffusé hier à 20h50 sur Arte, le documentaire « Fast-fashion – Les dessous de la mode à bas prix » signé Gilles Bovon et Edouard Perrin apporte certains éléments de réponse, comme la dimension psychologique appuyée par le rôle des réseaux sociaux et des influenceurs, tout en mettant en avant les impacts sociaux, environnementaux et sanitaires désastreux d’un secteur qui écoule chaque année 56 millions de vêtements, dont un volume considérable ne sera jamais porté ou porté à une seule occasion. Certes, ce n’est pas la première enquête à mettre cette sombre réalité en lumière mais, alors que notre modèle de croissance est aujourd’hui plus que jamais remis en question, une piqûre de rappel n’est jamais vaine.

Photo : presse // « Fast fashion – Les dessous de la mode à bas prix » : disponible sur arte.tv du 02/03/2021 au 06/06/2021 ou sur YouTube ci-dessous // Suivez-moi sur Instagram.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :