#ComVision2018 : ma conférence devant 500 personnes // Mes 5 conseils pour parler en public

Il y a quelques semaines, c’est lors de ComVision, colloque dédié à la communication organisé par l’Union Professionnelle des Métiers de la Communication, que j’ai eu le plaisir d’intervenir sur le thème « Les 5 tendances social media de 2019 ». Le public ? 500 professionnels de la communication et étudiants (oui, en tout petit sur la 1ère photo ci-dessous, c’est moi devant un auditoire plein !). Certes, j’ai aujourd’hui l’habitude de prendre la parole en public en tant que speaker (200 personnes maximum, avant cet épisode) mais captiver l’attention de 500 personnes durant 25 minutes, c’était une première ! Légère dose de stress en amont ! Et vous savez quoi ? Une fois le micro rendu, je n’avais qu’un regret : que ce soit « déjà » terminé ! Cela m’a donné envie de partager avec vous mes 5 conseils pour parler en public. Que ce soit à une défense de travail de fin d’études, une réunion d’équipe, un discours entre amis à un mariage, … voici mes trucs et astuces pour que vous balayiez la glossophobie, soit la peur de parler en public.

 

1. MAÎTRISEZ VOTRE SUJET

Lorsque vous êtes sollicitée pour intervenir en public sur un sujet, c’est que votre expertise est reconnue dans votre domaine de compétence. Si on fait appel à vous, c’est pour apporter des éléments pour nourrir l’audience que vous aurez en face de vous. Si cette audience dégage du temps, prend la peine de se déplacer pour assister à votre présentation, c’est avec l’envie d’apprendre des choses sur un sujet qui l’intéresse. Si, comme fréquemment, une session de questions-réponses avec le public est prévue à la fin de votre présentation, aucune question qu’on pourrait vous poser ne doit vous laisser bouche bée. Pour cela, connaissez votre sujet sur le bout des doigts, soyez au fait des dernières tendances, lisez l’actualité en lien avec votre domaine d’expertise (ne vous laissez pas surprendre par une question sur une info qui vient de sortir le matin même, par exemple). C’est votre crédibilité qui est en jeu !

 

2. ADAPTEZ VOTRE PRÉSENTATION À VOTRE AUDIENCE

Afin de préparer votre texte et vos slides, demandez aux organisateurs de l’évènement de vous brosser le profil de l’audience que vous aurez face à vous le jour J. S’agit-il d’un panel d’autres experts dans le domaine, pour qui termes techniques et jargon professionnel seront les bienvenus ? Est-ce que ce sont des novices ? Si tel est le cas, en préparant votre texte et vos slides, gardez à l’esprit que vous devez vous adresser au plus grand nombre  possible. Pensez à structurer votre intervention selon un fil conducteur logique et clair. Par ailleurs, les idées développées et le vocabulaire utilisé doivent être compris par un public généraliste. Misez sur des phrases courtes et simples : une phrase = une idée. Une phrase = sujet + verbe + complément. Évitez de vouloir trop en dire, au risque de partir dans tous les sens et de compliquer la compréhension : ne présentez que les informations dignes d’intérêt, qui justifient que vous en parliez, allez à l’essentiel, mettez en lumière les faits nouveaux. Soyez convaincue par ce que vous dites : si vous-même n’y croyez pas, votre audience n’y croira pas non plus. Restez précise dans les éléments que vous présentez, prenez des exemples pour illustrer vos propos et faire vivre votre intervention. Utilisez le présent de l’indicatif ou le passé composé, contrairement à l’imparfait et au passé simple qui alourdissent le récit. Balayez du regard l’ensemble de l’assemblée, souriez, faites preuve de dynamisme et évitez absolument un ton de voix monocorde et monotone. Impliquez éventuellement votre auditoire par des questions. Et en cas de couac ? Gardez votre sang-froid, ne vous sentez pas jugée : reprenez-vous et ne perdez pas votre autodérision.

 

3. N’Y ALLEZ PAS À L’ARRACHE

Les « J’y vais à l’audace », ça marche peut-être à un examen oral auquel on tente le tout pour le tout sans avoir étudié, pas forcément devant un auditoire qui s’est déplacé pour venir vous écouter. Même Frédéric Beigbeder y croyait, la semaine passée, en venant présenter à l’arrache sa chronique sur France Inter. Il est juste parvenu à créer un gros malaise en direct à l’antenne. Idem, l’improvisation a peu de place chez les speakers dans une conférence. Alors pourquoi n’a-t-on pas l’impression que les bons conférenciers lisent un texte ? Parce qu’ils ont répété chez eux jusqu’à connaître par coeur leur intervention et à faire passer leur message, avec aisance, de façon totalement naturelle. Ne pas y aller en crache, c’est aussi penser à prendre avec soi une copie papier de ses slides et de son texte pour rebondir en cas d’oubli, ainsi que ses slides sur clé USB au format PowerPoint et PDF (au cas où certaines des polices de texte utilisées ne seraient pas reconnues sur l’ordinateur qui vous est éventuellement mis à disposition). Ayez également une bouteille ou un verre d’eau à côté de vous pour vous rafraîchir ou vous soulager en cas de toux, de voix qui flanche, etc.

 

4. PRENEZ VOTRE INTERVENTION SOUS L’ANGLE DU PLAISIR

Redouter de prendre la parole en public, c’est trop souvent car on voit cela sous un angle anxiogène. Pourtant, en prenant du recul, quoi de plus plaisant que de partager son expérience et/ou son expertise avec une audience avide de savoir ? Être speaker, c’est s’enrichir continuellement de moments d’échange exaltants avec un auditoire. Vu sous cet angle, cela deviendrait presque addictif.

 

5. PORTEZ UNE TENUE DANS LAQUELLE VOUS ÊTES 100% À L’AISE

Avoir tous les regards braqués sur soi, aussi bien préparée qu’on peut l’être, cela requiert de bien se sentir dans ses fringues. Si vous vous sentez déguisée, c’est mal barré. Personnellement, je ne porte jamais une tenue neuve lorsque j’interviens en public : je préfère une tenue sympa que j’ai déjà étrennée et dans laquelle je me sens présentable et à l’aise pour bouger. J’aime toujours avoir un joli détail, comme des boucles d’oreilles de couleur ou un vêtement à la finition originale. Oubliez aussi les couleurs qui marquent la transpiration, comme un t-shirt gris chiné sur lequel les auréoles pourront vite vous faire sentir hyper mal à l’aise. Je cède très rarement aux talons : trop peur de me gaufrer sur scène (vous saurez tout #behindthescenes). Je ne porte jamais de mascara, car je sais d’expérience que je frotte trop souvent mes yeux pendant une journée et que cela risque de laisser une impression négligée « d’oeil au beurre noir », ni de rouge à lèvres rouge (j’opte pour un ton nude mate) pour éviter la grande gênance du rouge sur les dents qu’on repère à 1000 km!

Photos: photographe ComVision et Alerte à Liège // Suivez-moi sur Instagram.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :