J’ai testé la Peugeot 208 // Impressions, déceptions!

Après vous avoir parlé de Berlin, il est temps d’en venir à la raison de notre roadtrip: le test de la nouvelle Peugeot 208. Ce n’est un secret pour personne: j’aime les voitures. De smart à Audi, en passant par Volvo, Porsche ou Volkswagen,  je suis passionnée d’actualité automobile. Michelin a même fait plus fort: me faire souffrir de « pneuïte« , cette maladie rare qui te fait vérifier systématiquement que les pneus du véhicule dans lequel tu montes sont bien des Michelin. Naturellement, quand Peugeot m’a proposé de tester la Peugeot 208 au travers d’un roadtrip sur les routes allemandes, j’ai trouvé le concept très sympa. D’autant que la 205 Junior et la 205 Roland Garros ont marqué mon enfance. Comment, dès lors, ne pas avoir envie de savoir ce que la marque nous a réservés avec sa nouvelle citadine? Et puis demander à une fille son avis sur une voiture, c’est reconnaître qu’elle, aussi, a des choses à dire en la matière. Plutôt appréciable car encore trop rare!

Vendredi passé, jour du départ, réjouissance à son paroxysme en arrivant au siège de Peugeot  Belgique-Luxembourg avec Nadia, ma co-pilote. Hélas, nous avons vite déchanté. Rapidement, le collaborateur en charge de l’action se montre très pressé. Raison ouvertement invoquée: le nouveau site Internet de la marque à lancer le lundi suivant. A peine la clé de la 208 et le dossier de presse remis, l’explication expéditive du système Stop & Start fournie, la convention de prêt du véhicule signée, que ce dernier s’est évaporé dans son bureau. Ah oui, avant de partir, il n’a quand même pas manqué de préciser que le volant était de diamètre réduit, offrant un angle de vue repensé sur le tableau de bord. Une innovation, semble-t-il, pour la marque.

Concrètement, en allumant le contact, nous savons simplement que la voiture mise à notre disposition est une diesel, 5 portes, 1.6 e-HDI avec boîte manuelle à 5 rapports. Et un petit volant. Le reste, des éléments aussi pertinents que le nombre de chevaux, son prix, la stratégie de lancement, sa consommation, la capacité du réservoir, les crash-tests réalisés, son lieu de fabrication, la position du feu antibrouillard car la route en venant en était remplie, nous n’en saurons rien malgré certaines de nos questions. Assez désarçonnant pour deux filles qui s’intéressent de près aux sujets qu’elles traitent et, qui plus est, vont traverser seules toute l’Allemagne à bord du véhicule. Avantage: cela nous aura permis de nous forger notre opinion personnelle sur celui-ci.

Kilomètre après kilomètre, nous nous approprions par nous-mêmes la Peugeot prêtée. Comme nos deux sacs, de taille pourtant moyenne, qui se sont appropriés l’entièreté du coffre d’une capacité de 285 litres* (photo 17). Lors d’un test de véhicule, surtout sur une telle distance, il est normal à mes yeux d’être concentrée sur les points forts, ce qui lui apporte une réelle valeur ajoutée par rapport à ses concurrentes. C’est d’autant plus le cas pour la 208, présentée dans ses outils de communication avec des mots aussi forts que « Re-génération« , « rupture », « renaissance ». La Peugeot 208 est proposée en quatre niveaux de finition et d’équipement : Access, Active, Allure et Féline. Hélas, vu le peu d’options proposées sur le modèle essayé, les bonnes surprises se font rares. Déjà avant de traverser la frontière allemande, la liste est établie.

J’apprécie la présence du régulateur de vitesse. Par contre, inutile de chercher trop longtemps l’accoudoir central avant avec vide-poches, l’air conditionné automatique avec affichage de la température à l’intérieur de l’habitable, le GPS intégré (obligeant à opter pour un GPS externe qui casse le design intérieur et dont le câble s’emmêle à celui de nos iPod-photo 11-), les tapis de sol, les vitres arrières électriques, les poignées de maintien, l’éclairage des miroirs de courtoisie, les filets au dos des sièges,… Inutile. Il n’y en a pas! Parmi les options les plus « inattendues », on note les rétroviseurs extérieurs rabattables à la télécommande. Le design intérieur (volant, tableau de bord, console centrale, hauts de contre-porte) nous déçoit légèrement par l’aspect peu qualitatif des matériaux utilisés sur le modèle proposé tandis que les rangements dans l’habitacle sont comptés et de petite contenance. Autre inconvénient majeur chez Peugeot, à mes yeux, qui n’a pas été corrigé sur ce modèle: la boîte à gants ne se verrouille pas. Même si d’éventuels malfrats n’hésiteront pas à fracturer la serrure, cela aura au-moins le mérite de freiner leurs élans. En bref, nous avons comme l’impression que l’initiateur de cette action blogueurs s’est dit que pour faire rouler 2 nanas pendant 18 heures aller-retour, il fallait le faire « à la dure ». Avec le minium d’options pour rendre le trajet « roots ».

Même s’il n’intègre pas le GPS dans la version reçue (en option à partir de 490 euros*), l’écran tactile central de 7 pouces sert d’ordinateur de bord, de radio (attention, le lecteur CD est dorénavant en option!) et de console de pilotage (pas forcément user friendly) pour nos iPod connectés grâce aux deux ports USB bien utiles (en sus de l’allume cigare 12V). Cela a le mérite d’égayer le rôle du co-pilote, qui peut également avoir la lourde tâche de donner au conducteur sa canette de soda dans la main. Entendons-nous, même cette version présente un porte-gobelets (minimum, quand même!) mais sa position le rend peu accessible pour un conducteur qui souhaite garder les yeux rivés sur la route (photo 9).

Niveau conduite, les 92 ch du moteur et le poids du véhicule lui offrent une nervosité appréciable sur autoroute. Surtout en Allemagne où les conducteurs roulent sur « l’autobahn » noire de voitures comme s’ils étaient seuls sur un circuit. Malheureusement, une fois les 130 km/h dépassés (sur les tronçons où la vitesse est illimitée et où rouler vite est le code de conduite), il s’émane du moteur un « doux ronron » entêtant. Point positif tout de même, le  1.6 e-HDI 92 ch est peu gourmand. Nous avons parcourus les 1.800 km en dépensant environ 170€ pour le carburant, soit une consommation moyenne de 6,5 l/100 km.

Personnellement, ce test sur route de la nouvelle Peugeot 208 me laisse un goût de trop peu. Surtout que, d’après la simulation de prix que j’ai réalisée sur le site de Peugeot, le modèle confié s’élèverait à plus de 18.000€. Pour ce tarif, j’aurais aimé lui découvrir plus d’avantages concurrentiels. Les amoureux de la marque au lion craqueront certainement pour ses qualités et son design extérieur sympathique mais ce n’est hélas pas mon cas. Encore moins aujourd’hui où je regrette amèrement qu’une telle entreprise, qui fasse d’elle-même appel à deux blogueuses, semble ne pas juger important de nous accueillir au retour de notre périple pour connaître nos impressions. Ni même de nous recontacter quelques jours après… De très loin, mon expérience la plus décevante avec une marque. Heureusement qu’il y avait la découverte de Berlin à la clé…

Photos: Alerte à Liège // * Selon des informations trouvées sur le net.

Comments
14 Responses to “J’ai testé la Peugeot 208 // Impressions, déceptions!”
  1. Thibaut dit :

    Un bel essai, bien écrit et très détaillé.
    il est vrai que le niveau de finition active n’est pas très alléchant, surtout à ce tarif. les finitions supérieures sont par contre au niveau comme sur une allure, car beaucoup de choses changent, joli volant en cuir, clim auto, sièges semi cuir (sur certaines), elle paraît tout de suite plus haut de gamme, donc il ne faut pas faire de généralité la dessus. Par contre moi qui ai été il y a peu en Allemagne chez Peugeot, comme je vis a coté de la frontière, je partage votre opinion sur le service des véhicules d’occasion qui n’est pas du tout a la hauteur. On viens voir un véhicule et on a l’impression de les faire chier… en France ce n’est pas pareil. Ou on peut voir les autres road trip ??

  2. SalimBen dit :

    Très bon tests mes dames, *Je viens en retard,
    Mais je suis outré de l’accueil fait de la part de Peugeot, moi, rien que ça m’aurait suffit à leur balancer les clés au nez (Je suis sûr que vous en aviez envie !!!).
    Enfin, je partage votre avis, la qualité des matériaux à bord surprends négativement, mais ça reste une excellente voiture côté tenu de route, freinage, sécurité active…

  3. Jamy dit :

    Je dois avouer que je ne m’attendais pas à lire une critique si détaillée ! Bravo 🙂
    Peugeot a des qualités (châssis, design) qui sont malheureusement souvent oubliées face à la mesquinerie sur les équipements. Par contre, à l’heure des iPod, cela ne m’étonne qu’à moitié que le lecteur CD soit en option, ça prend de la place.
    Tu n’as pas parlé de la visibilité périphérique et des compteurs déportés, qu’en est-il ? C’est l’occasion de casser le mythe des femmes qui n’ont pas leur voiture dans l’oeil 😉

  4. isabelle dit :

    Très bel article, bien rédigé, bravo Sophie.
    Ce qui m’interpelle le plus, c’est que la marque n’ait même pas pris de vos nouvelles…, ça coupe tout!

  5. Nicolas dit :

    Mais pourquoi, sur une telle distance et pour un tel test, ne pas vous avoir confié une Féline? On dirait vraiment que Peugeot a voulu se tirer une balle dans le pied en vous donnant un modèle si peu équipé! Que voulais-tu en dire de positif? Elle a 4 roues, 2 rétro, des ceintures de sécurité,…? Bizarre stratégie de la part de la marque et bravo pour ton objectivité fort appréciable!

  6. toobelgista dit :

    Mouhahaha voyage roots entre deux blogueuses avec une voiture sans équipement 😀 Fin je dis ça mais ma voiture de société ne se porte pas tellement mieux: réduction des couts = on dégage les tapis de sol dans les nvelles voitures de leasing #fail

    • Sophie/AAL dit :

      Une expérience assez unique! ^^ Ce qui m’étonne vraiment, c’est le positionnement d’une telle voiture par rapport à ses concurrentes. A ce prix-là (voire moins), chez des marques allemandes qui ont parfois meilleure réputation, tu as un véhicule bien mieux fini…

  7. Clarisse dit :

    Bravo de nous décrire les choses avec tant de franchise!

  8. Très chouette compte-rendu bien balancé de votre road trip! sans langue de bois, j’adore! 🙂

  9. Florence dit :

    Elle n’est pas moche, mais 18 000 € pour le peu d’équipement que tu décris, ça la fout mal…

    • Sophie/AAL dit :

      Yep! C’est assez mince à mes yeux!

      • jo dit :

        la 206 a été un super modele
        la 207 aussi mais trop lourde (150 Kgs de plus)
        la 208 je n’aime pas du tout le design de l’arriere de la voiture, et la calandre chromé de devant
        c’est plus joli avec la nouvelle 208 dont la calandre est toute noire
        je doute fort que le chiffre des ventes dépasse celui de la 206.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :