Théodore, Paul et Gabriel // Rencontre

Theodore Paul et Gabriel-MaMa Event Live ParisEt si, comme la semaine passée, on oubliait la grisaille annoncée pour ce long week-end en écoutant de la bonne musique? En marge du Mama Festival, j’ai profité de l’occasion pour partir à la rencontre du groupe Théodore, Paul et Gabriel. Un nouveau groupe de mecs  supplémentaire sur la scène rock? Non, trois nanas, trois Parisiennes, à l’androgynie assumée, dont la notoriété s’accélère crescendo depuis la sortie de leur premier EP, The Silent Veil, en 2011. Des plateaux de Taratata au Trianon, Théodora de Lilez (Théodore) à la basse, Pauline Thomson (Paul) à la guitare et Clémence Gabriel (Gabriel) au chant et à la guitare, sont les filles à suivre!

Un bar, une rencontre et, depuis, les voilà amenées à se faire un nom dans le milieu très masculin de la musique. « Ce milieu vit avec beaucoup de préjugés, notamment celui qu’une fille n’est pas une technicienne. On relève sa sensibilité, sa fragilité plutôt que ses compétences. Pourtant, l’histoire du rock contredit clairement cette croyance collective », confie Clémence Gabriel dont la blondeur angélique cache un caractère bien trempé. Et avec en ligne de mire l’univers de la popcertes à des années-lumière du genre pop-rock-folk, où des artistes comme Miley CyrusRihanna ou encore Britney Spears (qui confiait récemment se sentir obligée de faire des clips sexy) misent plus sur leur plastique que sur leur don artistique, les préjugés de l’industrie musicale ont la dent dure. Heureusement, l(a) (r)évolution est en marche! « On sent que ces clichés sont en train de tomber et c’est justement très intéressant de vivre cette période de rupture », aime ajouter Clémence alias Gabriel. Tomber le haut, le bas pour vendre plus de disques? « Certainement pas », répondent en choeur les trois artistes. « Nous n’avons rien contre le nu lorsqu’il s’inscrit dans une démarche artistique. Le pseudo-sexy connoté image de pub, c’est beaucoup trop vu et pas du tout notre conception des choses », explique avec panache Clémence Gabriel.

Pour voir une interprète gesticuler nue sur une boule démolition, passez votre chemin! Les filles ne diraient, par contre, pas non à un smoking Saint Laurent par Hedi Slimane. Une pièce iconique de la Maison, ode à l’androgynie, qui marqua, comme aime le rappeler Clémence Gabriel, une rupture pour la femme. Nul doute: en matière de style, Théodore, Paul et Gabriel savent de quoi elles parlent, affichant sur scène comme dans la presse des silhouettes qui rendraient toute modeuse verte de jalousie. Slim en cuir, perfecto, chemise bien coupée ou encore blazer boyish, elles revisitent les codes de la rockeuse avec une classe toute parisienne. Leurs labels préférés? « Levi’s, A.P.C., Carven », répond sans hésiter Pauline Thomson tandis qu’elle confie que son imaginaire, ainsi que celui de ses comparses, restent marqués par le style vestimentaire des Beatles.

Présent sur Facebook, Twitter et Instagram, le trio gère à six mains sa relation avec ses fans sur les réseaux sociaux. « Cela instaure un chouette rapport avec ceux qui nous suivent. La difficulté, c’est de rester créatives, de ne pas se répéter ou de poster systématiquement le même genre de photos », avoue Clémence. Défi relevé haut la main. Comme je vous l’avais dit en début d’article: ce sont bel et bien des filles à suivre!

Photos: Alerte à Liège – DR // Info et dates de concert – Album Please Him, Please Her sur iTunes.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :