Haute Lingerie: visite des ateliers Van de Velde

Derrière les marques de lingerie de luxe Marie Jo, Prima Donna et Marie Jo l’Aventure se cache l’entreprise belge Van de Velde. Chose que j’ignorais parfaitement. Cotée en bourse depuis 1997, la firme possède son siège dans la région gantoise où j’ai été invitée à découvrir son univers et ses ateliers. Une visite guidée en comité très restreint qui m’a fait découvrir à quel point la fabrication de sous-vêtements haut de gamme était un processus complexe, requérant un savoir-faire pointu.

Van de Velde a fait le choix stratégique de se concentrer sur les magasins qui investissent dans l’accompagnement de la cliente. Encore plus quand on est toute jeune, on n’aime pas trop qu’une vendeuse s’invite dans notre cabine, un mètre à la main pour approcher nos « petits » seins afin de les mesurer. Or, en apprenant que seulement 30% des femmes portent la bonne taille de soutien-gorge, je me dis qu’il est certainement plus judicieux d’opter pour une lingerie de qualité, distribuée par des boutiques où le personnel a l’oeil affuté pour déterminer le modèle qui nous convient vraiment. Sauf évidement si, en mode « warrior », on ne craint pas l’affaissement de sa poitrine… Accéléré, entre autres, à cause de la pratique d’une activité physique sans porter de sous-vêtements adaptés.

Chaque année, chez Van de Velde, les équipes créatives imaginent 300 nouveaux modèles réalisés dans plus de 50 tailles (allant jusqu’au généreux bonnet I, nécessitant un soutien très spécifique tout en restant-par pitié- glamour) et 60 couleurs. Au total, par an, 5,5 millions  de produits finis quittent les usines. Cela représente (oui, oui, vous lisez bien!): 1.700 km de broderie, 30.000 km de bretelles et 6.000.000 de bonnets. La fabrication d’un soutien-gorge Van de Velde exige pas moins de 40 opérations! Seul l’assemblage des modèles est réalisé à l’étranger. La conception et développement des produits, le contrôle des tissus, la production de prototypes et des pré-séries, la vérification finale des articles finis et le dispatching vers les points de vente, sont notamment réalisés en Belgique. Un des facteurs se répercutant, évidemment, dans le prix de vente. La qualité et le savoir-faire, ça se paye. Et à l’heure où tout le monde craint pour l’économie européenne, inciter l’innovation nationale est souvent une sage décision…

Photos: Alerte à Liège // Les collections des marques du Groupe Van de Velde à découvrir en ligne.

Comments
10 Responses to “Haute Lingerie: visite des ateliers Van de Velde”
  1. toobelgista dit :

    Waouw! Merci pour cet article, ça fait plaisir de voir qu’il y’a ce savoir faire chez nous … #fierté :-). Dommage par contre que tout ne soit pas fait en Belgique…(je pense à l’assemblage). En tous cas, moi qui ne sais jamais vers quelle marque me tourner, cette fois-ci je regarderai de plus près Marie Jo & Prima Donna! Steph

    • Sophie/AAL dit :

      C’est vrai… Mais vu la quantité produite, ce ne serait hélas pas du tout compétitif. Point positif: c’est assemblé à l’international mais avec des équipes Van de Velde sur place. C’est donc très bien encadré et réalisé dans de très bonnes conditions pour le personnel…

      • toobelgista dit :

        Ca c’est cool alors. Parce que les usines où les gens sont exploités et payés comme des esclaves ça me rend malade… Je note donc bel et bien la marque pour mes prochains soufis 🙂

  2. je suis proprétaire d’une boutique dans le sud de la France où je vends des produits V de Velde, et où j’incite fortement mes clientes à essayer, essayer encore pour trouver Le modèle qui va bien et qui plait (Hé oui, on passe une dizaine d’heures dedans !) On peut faire un essayage avec beaucoup de pudeur et de tact, et en ne comptant pas son temps. Mais ça vaut le coup, car les clientes apprécient et nous le disent.

  3. Clarisse dit :

    Sympa les photos!

  4. Florence dit :

    Très jolies photos! C’est vrai qu’on a perdu l’habitude de faire contrôler sa taille dans les magasins des sous-vêtements, moi-même sans être pudique je me vois mal aller demander ça à la vendeuse de chez Hünkemöller par exemple…

  5. Alice dit :

    Merci de nous faire partager cette jolie expérience!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :